Comparatif décocheurs : Back-Tension/ Pouce / Index

mardi 21 octobre 2014
par  _Jean-Eric_
popularité : 38%

Introduction

Je présente ici le fruit de mon expérience personnelle de 8 années de tir à l’arc à poulies avec différents types de décocheurs. Bien entendu, je ne prétends pas épuiser le sujet et je n’ai pas d‘autorité particulière (breveté en machin, expert en ceci, ou champion de cela) mais les arguments que j’avance sont murement réfléchis et à ce titre je pense qu’ils peuvent servir à l’archer lambda, au lecteur curieux, afin de peser le pour et le contre et faire son choix de décocheur. Je précise également que je n’aborde pas les aspects relatifs au Target Panic, ni
les aspects circonstanciels qui font que l’on choisit par raison d’efficacité tel ou tel décocheur en situation alors que l’on est habitué à un autre (ex. archer Back qui prend un Pouce pour assurer son tir en plein vent, voire un Index pour augmenter sa cadence de tir...). Autre chose non abordée ici, c’est l’influence du mental dans la phase de décoche. Un seul point peut-être : avoir confiance en son matériel est sans doute un bon point de départ, et cela ne vaut pas uniquement pour le décocheur ;)

Coté Matériel

Même si dans les articles Quelques décocheurs "Back Tension" (mise à jour 18/10/14) et Quelques décocheurs "index" je propose quelques modèles que j’ai personnellement utilisés, il est illusoire de pouvoir couvrir tous les différents modèles du marcher actuel (voir ceux du passer). On peut néanmoins dégager quelques caractéristiques typiques et considérer que les décocheurs « Back-Tension  » (ex. type : BT4 Arc System, Scott-Black Hole, Carter Colby, Moons 2) ont le mécanisme interne de libération de la corde le plus simple ce qui les rend a priori moins assujettis à la casse d’une pièce qui les rendrait inutilisables en cours de compétition.

Ceci est à mettre en balance avec les décocheurs à « Pouce » (ex. type : Carter Fits Me Too, Arc System 304P) pour lesquels en général il y a des ressorts et des pièces mobiles qui transmettent l’action exercée sur la gâchette/détente pour provoquer l’ouverture du crochet libérant la corde.

Les décocheurs à « Index ou Majeur » (ex type : Carter RX1 ou modèle Arc System) ont eux aussi des pièces mobiles entre la gâchette/détente et le crochet mais il n’y a pas forcément de ressorts. Par exemple certain dispose d’un mécanisme magnétique d’ouverture du crochet ; et d’autres présente un mécanisme où le crochet change d’orientation brusquement par le changement de contact avec une pièce actionnée par la détente (un peu comme le contact demi-lune/crohet d’un pur BT)…

Coté tenue en main

Les décocheurs BT et Pouce se tiennent par les doigts de la main dont on peut moduler la prise ferme ou pas et le nombre de doigts mis en jeu en plus du pouce et de l’index. On parle par exemple de décocheur à 3, 4 doigts par exemple avec des variantes de grandeur selon la morphologie (petite, moyenne, grande) de la main et de position relative des doigts. La diversité des modèles permet de trouver en général le décocheur à sa main tout en ayant l’embarras du choix.

Le décocheur à index quant à lui se fixe par l’intermédiaire d’un bracelet qui comme celui d’une montre s’ajuste au poignet. Il n’y a pas vraiment de problème d’adaptation à la morphologie de la main. Le réglage de la position de la gâchette/détente par rapport aux doigts se fait par l’intermédiaire d’un lien à ajuster par exemple. Donc d’une manière générale la mise en place se fait simplement.

Phase d’armement

Le décocheur à index avec son maintient par le poignet permet un armement sans aucun effort au niveau des doigts de la main (ex. pas de contraintes sur les fléchisseurs) et il se réalise dans le prolongement de l’avant bras par l’intermédiaire de l’articulation de épaule (muscle du dos) qui travaille dans le plan horizontal. Il faut veiller à utiliser un bracelet qui ne pose pas de problème au niveau des petits os du poignet.

Au contraire, le décocheur Back-Tension impose au pouce et à l’index principalement une contraction ferme afin d’empêcher la rotation du décocheur qui provoquerait la décoche intempestive. Cet effort répété peut entrainer des problèmes tendineux et/ou musculaire que l’on ne retrouve pas dans l’usage du décocheur à index. L’armement se réalise dans le plan vertical dans la grande majorité des cas.

Le décocheur à pouce impose également une contrainte de tenue ferme par l’intermédiaire des doigts sauf le pouce en l’occurrence puisqu’il serait positionné sur la détente ! Le pouce pourtant est une puissante pince qui aiderait à tenir la traction au passage du pic. Il a les mêmes impacts sur les muscles et tendons de l’avant-bras et tout comme le BT l’armement se passe dans le plan vertical.

Prise de repères faciaux

Dans le cas des décocheurs BT et à Pouce, tout ou partie du dos de la main se trouve en contact avec la joue. Donc dessus de la main et joue doivent assurer la perception tactile de la position du décocheur. Notons que l’orientation du décocheur est fondamentale à la fois sur la pression exercée par le crocher sur le loop mais surtout sur la façon dont le radius et le cubitus sont orientés et par la même les muscles de l’avant bras. Une remarque : la joue étant plutôt un corps mou, le repère facial se fait surtout par la présence du contact du dos de la main avec les os de la mâchoire et de la pommette.

Pour le décocheur à Index ou plutôt à Majeur dans le cas présent, c’est la partie externe de la pince « Pouce-Index » qui est en contact de la joue avec le pouce sous la mâchoire et l’index au-dessus. Comme les doigts sont plus mobiles que le dos de la main et que la joue, leur épiderme est beaucoup plus sensible et cela leur confère une plus grande performance à l’ajustement du repère facial.

Donc la perception et la répétabilité de la prise de repères sont intrinsèquement meilleures dans la cas d’un décocheur à Majeur, ce qui force les archers « Back » à trouver des astuces : sucettes/nasettes pour les uns, point de pression prononcé par le corps du décocheur au niveau de la mâchoire pour d’autres, voire usage du pouce pour trouver un point de repère au niveau de la mâchoire ou de la nuque. C’est différentes techniques d’aide à la position reproductible du décocheur ne sont que le reflet d’un défaut intrinsèque selon moi.

Figure 1 Attitudes en fin d’armement : (haut) avec un BT4, (bas) avec un RX1.

Décoche

Les décocheurs à Pouce et Index/Majeur sont conçus à la base autour de l’ouverture d’un crochet par l’intermédiaire d’une pression sur une gâchette, tandis que le décocheur BT est conçu pour que la rotation du crochet le long d’une demi-lune passe par le franchissement d’un bord abrupte créant le basculement instantané du crochet et la libération de la corde. Cette description mécanique de déclenchement est mise en œuvre diversement par les archers.

Le décocheur BT nécessite pour libérer la corde d’après sa conception un changement d’orientation du corps de l’objet puisque le crocher quant à lui est fixe, tenu qu’il est par la tension sur le loop. Cela nécessite donc une action de la part de l’archer en exerçant une pression différentielle entre trois doigts : l’index et le couple majeur-annulaire. Cette action différentielle se fait tout en tirant le coude par l’intermédiaire de l’articulation de l’épaule elle-même mise en mouvement par des muscles du dos. Même si les repères faciaux sont les mêmes d’une phase d’armement à l’autre, la moindre non répétabilité sur la traction différentielle au niveau des doigts entraine une variation sur l’instant où le crochet passe la demi-lune, lequel influe sur la tension de la corde lors de la décoche. En effet, la traction fait remonter plus ou moins fortement la tension selon le type de cam (« on est fasse au mur »). Donc cela entraine une variabilité dans la puissance fournie à la flèche sans parler de variabilité sur la position de l’encoche au moment de la libération.

Le décocheur à Pouce en position quasi identique au BT peut être déclencher de plusieurs façons et donc donne de la souplesse d’usage. Soit en poste on appuie sur la gâchette, c’est simple et au moins ça part même par grand vent. Soit on cale l’ergot de la détente par exemple au niveau de la base du pouce et par pression sur les autres doigts soit volontairement soit par la traction sur le coude par l’intermédiaire du dos, le corps du décocheur bascule en arrière appuyant naturellement sur la détente. Ce dernier mode de fonctionnement rappelle celui du BT est plus doux que la simple pression sur la détente et se fait dans la continuité de traction, mais il n’en reste pas moins que la tension de la corde à la libération est un point difficile. Certains archers (et archères) rendent très durs la tension de déclenchement qui couplée avec des cams à mur très franc (type Spiral X) permet au mieux de contrôler la tension de départ, mais au prix d’efforts non négligeables qu’il faut savoir maintenir dans le temps et par tous les temps.

Le décocheur à Index ou Majeur se distingue des deux précédents car il est déclenché à l’horizontal tandis que dans la quasi totalité des cas de figures les décocheurs BT et Pouces se font par un déclenchement dans un plan incliné (vertical à l’extrême). L’armement à l’horizontal est plus physiologique, mais l’armement vertical convient aux personnes fortes des avant-bras. Cela influe sur la façon dont l’articulation de l’épaule et les insertions tendineuses et ligamentaires sont sollicitées. La plus ou moins grande laxité de cette articulation détermine la facilité ou non à opérer un geste de rotation dans le plan horizontal ou vertical. On peut opérer un pré-enclenchement de la détente jusqu’à un point où il suffit d’une petite surpression pour faire opérer l’ouverture du crochet. Ainsi par une très légère rotation de l’épaule, le bras entraine en rotation le coude lequel répercute par la traction de l’avant-bras une surpression sur la détente par l’intermédiaire du doigt simplement posé dessus. Dans ce cas il n’est pas nécessaire de faire une action volontaire du doigt.

On voit finalement que les 3 trois systèmes peuvent fonctionner dans un mode où c’est la rotation de l’épaule qui va conditionner la décoche. Mais à la fois pour un Back ou un Pouce une pré-orientation du corps du décocheur est nécessaire laquelle se fait par pression différentielle d’un duo ou un trio de doigts, ou bien pour un décocheur à Index/Majeur par l’enrobage de la queue de détente pour une pré-tension à l’aide d’un doigt unique, l’index ou le majeur en l’occurrence. Il me semble que la répétabilité de cette phase de pré-décoche est plus simple pour un décocheur Index/Majeur car ne mobilise qu’un seul doigt (1 seul paramètre).

Bilan

On peut résumé les arguments avancés dans les sections précédentes dans le tableau ci-dessous bien qu’il soit très réducteur. Bien entendu chacun peut mettre plus de poids sur certains aspects et faire son propre choix. Les « + », « - » et « = » donnent des indications sur des points qui me semblent positifs en comparant les autres, ou bien « négatifs » ou bien que cela dépend de la technique de l’archer. Pour moi, après ma pratique personnelle et ma réflexion, le décocheur à Majeur semble être le bon choix en définitive. Et pourtant primo ce n’est pas l’avis en vigueur soit à haut niveau soit sur les pas de tir du dimanche, et secundo moi même j’ai tenté la technique Back en étant bien aidé et j’ai cru que le BT pouvait être le choix pertinent. A mon avis le BT demande un apprentissage de gestuelle bien plus complexe et avec des capteurs de positionnement qui ne sont pas les plus performants qui oblige l’utilisation d’adjuvent qu’il faut maîtriser. Cet aspect de mise en place d’un conditionnement favorable permet à l’archer de se concentrer sur sa technique et son mental en ayant plein confiance en son matériel. Mais je ne prétends pas épuiser le sujet…

Décocheur Back-Tension Pouce Index ou Majeur
Matériel ++ - - -/+
Prise en main = = =
Phase armement - - - +
Repères faciaux - ou avec aide - +
Décoche - - - +

Commentaires