Live de Pierre-Julien de Mai 2020 : le débrief

mardi 26 mai 2020
par  _Jean-Eric_
popularité : 7%

Introduction

Le 3 Mai 2020, un grand événement : le premier Live de Pierrot ! (voir ici) de 2h durant le confinement à cause de la Covid-19. Ce Live est associé aux vidéos sur son site https://pjdeloche.com/ et de sa chaine Youtube, car il veut et aime transmettre son savoir, le fruit de ses longues heures passées sur ses arcs. Les thèmes abordés ci-dessus ne sont présentés ni par ordre chronologique, ni par ordre d’importance mais comme Pierrot a abordé différents aspects tout en y revenant au fil des questions, j’ai essayé de regrouper ses réponses (en y mettant mes phrases par moment, j’espère qu’il ne m’en tiendra pas trop rigueur). Bonne lecture.

Repose flèche (RF)

PJ utilise le RF à lame de chez Beiter et le Monorest effaçable de chez AS. Pourquoi ce choix de deux RF totalement différents : il le détaillera dans une vidéo. Le RF à lame n’est pas forcément le meilleur dans toutes les situations, et en particulier l’effaçable est un atout quand on n’a pas vraiment le temps de tuner la sortie de flèche. Pour le RF à lame, il faut ajuster la largeur et la raideur/souplesse de la lame en fonction du tube et la discipline : trop souple, la flèche peut avoir tendance à tomber du RF ce qui est pénible, trop raide la sortie de flèche sera problématique cf. aucune tolérance.

Un repose flèche effaçable sans cordelette ? AS en avait un le ‘Timeless’ qui était magnétique. C’était au tout début de la société, quand elle était encore dans le garage de la famille clermontoise.

Formule Combo de PJ

PJ a sa formule « combo », on pourrait parler de « triptyque » : Tranche Fil Central, Point Encochage et D-loop qu’il va détailler dans ses vidéos. Il est clair, qu’il faut avoir 1) des câbles de qualité (en particulier un câblage pré-étirer à 400 livres) et on peut dire que la concurrence a fait chuter les prix donc faut pas hésiter à investir, 2) du fil de qualité  : Angel Majesty ou Powergrip de chez BCY pour le TFC et le PE, et le braided (cf. traissé) polyester de chez BCY pour le D-loop, 3) apprendre à faire des nœuds donc voir les vidéos ad hoc.

On évite alors bien des soucis de réglage et notamment la visette qui tourne, ou l’entraxe ou l’allonge qui yoyote, ou le PE qui bouge...

Tranche fil central

Voir les vidéos dédiées, dont une spéciale sur le TFC. Quand on réceptionne un câblage, il n’y a pas lieu de refaire le TFC tout de suite. Dans un premier temps le cordage va s’étirer et donc va s’amincir, donc la gaine du TFC va moins emprisonner la corde. C’est à ce moment là qu’il faudra refaire le TFC correctement, car il va conditionner la fonction du D-loop à mettre la visette en bonne position, idem le PE sera bien positionné, etc. Il faut donc attendre 50-100 flèches voire un peu plus. Il n’y a que si vraiment les encoches accrochent trop qu’il faut se poser des questions : cf. est-ce les encoches ou bien est-ce la grosseur du fil du TFC. C’est pourquoi d’ailleurs qu’il est bon de disposer de plusieurs grosseurs de fil Majesty Angel (0.15, 0.18 et 0.21). PJ le refait une 1ere fois après 10h de tir et une 2nd fois après 40-50h.

Plus la chaleur extérieure, ou l’humidité est plus élevée plus il faudra veiller à son TFC et le refaire plus souvent, idem avec la puissance.

Concernant l’encoche, la flèche ne doit ni être libre de tomber à poste ni faire tourner la corde quand on la fait tourner.

Point d’encochage (PE)

Tant que le câblage n’est pas rodé, on fait un D-loop (voir vidéo ad-hoc) sans PE car il faut déjà que le Tranche Fil soit correctement en position et pour cela il faut que les câbles aient travaillé un peu en le faisant claquer. Le câblage prend la forme des cames, dont l’entraxe joue un peu tout comme la synchro. Donc la hauteur du PE évoluerait aussi.

Une fois le câblage un peu rodé, le PE est monté de telle sorte que son Point Haut soit à l’équerre entre le bas et le milieu du trou de la fixation du Repose Flèche dans la fenêtre d’arc. La position exacte peut varier d’un arc à l’autre, et surtout on va positionner ce PE en fonction : de son ressenti de prise de « grip » et de la discipline de Tir. Par exemple voici quelques tuyaux :

  1. Pour la prise de « grip » : plus le PE est haut, plus le grip a tendance à décoller du bas de paume (« perte de pression en bas de grip »)
  2. Tir en extérieur FITA : il faut monter le bras d’arc, donc on baisse le PE pour aider à monter. Tir en intérieur : le blason est en dessous de la ligne d’épaule, on monte PE pour aider à descendre.
  3. Si on a tendance à voir son point de visée qui descend (voir paragraphe dédié), c’est peut-être le signe que son PE est trop haut.

En tous les cas il faut essayer et bien apprendre à refaire son PE (voir vidéo) qui aura toujours tendance à monter.

Les excursions typiques sont entre le milieu et le bas du trou du RF, mais on peut trouver -1mm voir -2mm pour certains arcs en dessous du trou du RF. Faire les réglages de PE sans stabilisation.

Pour le Tir Campagne on peut jouer sur le PE à la distance médiane ( 40m) pour ajuster visette/PE.

Corde/câbles

Voir aussi les remarques sur la « formule Combo de PJ ». Pour éviter les problèmes de visette (entres autres) il faut que la corde soit « bien commise » (sic). Pour les non-marins, le « commettage » est l’enroulement des bruns de cordes sur eux-mêmes. Donc « bien commise » ici voudra dire que l’on torsade suffisamment la corde sur elle-même (avec des cordes bicolores on voit parfaitement le pas de l’hélice) :

  1. Plus la corde est vrillée, plus elle a une propriété anti-giratoire mais trop vrillée elle s’abime rapidement ;
  2. Si elle n’est pas suffisamment vrillée, elle n’a pas de propriété anti-giratoire, et la visette tournera.
    Donc, il y a un compromis à trouver, qui sera détaillé dans l’épisode 3 du câblage.

Il faut un minimum de 10trs (typiquement) sur un câble/corde, on peut monter à 20-30 trs : il ne faut pas créer de « coque » c’est à dire que trop vrillée le câble perd alors sa forme « ronde ». Sinon en dévrillant seulement les câbles (ou vrillant la corde) on peut changer l’allonge de 6-7mm en +/-. En cumulant les 2 (câbles et cordes) on peut doubler ce chiffre soit 12mm en + ou en -.

Se rappeler que :

  1. dévriller les câbles a le même effet (sur l’allonge) que vriller la corde, c’est-à-dire on perd de l’allonge. Mais en même temps on perd de la puissance en lien avec l’ouverture de Cam. En dévrillant les câbles on « ouvre les cams » et l’arc est dit « under-wrapped » il perd du caractère : on perd de l’allonge, on perd de la puissance, le pic est beaucoup plus court, le mur est plus franc, on va perdre en let-off donc plus de puissance au mur. On perd de la puissance mais « elle se rapproche du visage » et la monté en puissance est beaucoup plus progressive.
  2. Quand on vrille les câbles ou dévrille la corde c’est le contraire... L’arc est « over-wrapped » il prend du caractère : dynamique et réactif. Mais attention on prend de la puissance, mais celle-ci se « rapproche du band » (plus ou moins marqué suivant le type de Cam).

Quand on reprend le Tir à l’Arc après une période de repos forcée ou non, on recherche un réglage d’arc « under-wrapped ».

Un point à se souvenir quand on refait son Tranche Fil Central : le commettage du TFC est à l’inverse de celui de la corde.

L’entre-axes (ATA) n’étant pas au millimètre prés il ne faut pas hésiter à vriller corde et câbles. Et on peut ajuster l’orientation de la visette avec 1 à 2trs de corde avant de peaufiner avec le D-loop et son blocage par serrage avec la clé idoine.

La perte de puissance, augmentation de l’entre-axe (ATA) et augmentation de l’ouverture des Cams, peut être le signe d’une câblerie à changer, et sans doute c’est cette hypothèse à privilégier par rapport à un changement de branches... Dans un premier temps on vrille les câbles. Le changement de branches n’arrive que, dans le cas où l’arc tombe du haut d’une falaise dans les rochers en général, rares sont les cas où un SAV survient sans « accident ».

speed-nocks

Ce sont des masselottes qui se veulent être des « accélérateurs de corde ». En fait on n’accélère pas la corde à proprement parler. Dans certaines conditions ces nocks (sous gaine sinon DANGER) peuvent augmenter la vitesse de la flèche de 2fps à 9fps sachant qu’une flèche part typiquement à 280-300fps. Mais pour obtenir ce gain 1) il faudrait adapter la configuration à chaque changement de flèches (cf. son poids principalement) et de corde, et 2) les conditions où il y a accélération sont très délicates à trouver et on a plus de chances de tomber à l’aveugle sur une décélération... Bref, comme accélérateur de corde, l’intérêt est discutable. Par contre on peut se laisser convaincre d’un intérêt à stabiliser les mouvements latéraux de la corde pour la plupart des arcs (cf. remarque de JE : on peut se demander si les doubles Cams des PRIME ne sont pas aussi une réponse alternative). On peut simuler une flèche un peu plus raide en mettant ces nocks (tube trop souple = pointe à gauche au Test Papier pour un droitier).

Le point de visée descend !

Cela peut venir de plusieurs facteurs :

  1. Le PE est trop haut (voir le paragraphe sur le Point d’Encochage) : on a une « perte de pression en bas de grip » qui affaiblie la tenue à la pesanteur pour rester au milieu du jaune ; Le descendre de 2 à 3 mm et faire un nouvel essai ;
  2. Une avance sur la synchro (cf. avance de la poulie du haut) : il ne faut pas car alors on force pour rien pour coller les 2 butées au mur. Or ce surplus d’effort est au détriment d’autres facteurs qui vont influer sur la fluidité du tir.

Protocole de réglages

C’est aussi un triptyque ordonné en 3 phases :

  1. tout ce qui se passe au niveau du pas de Tir, on adapte l’arc à l’archer et à la discipline pour obtenir la stabilité : entraxe, allonge de corde et D-loop, synchro, hauteur du PE et de la visette ; FAIRE ses réglages sans STABILISATION ou très peu de masse. Voir le paragraphe « Corde/câbles » pour les notions d’arc « over/under-wrapped ». L’arc under-wrapped est à privilégier en cas de reprise du TAA après un période d’inactivité +/- forcée.
  2. réglage de la sortie de flèche et vol de flèche : donc tout ce qui se passe entre le pas de Tir et la cible.
  3. enfin s’occuper de ce qui se passe en cible.

Tuning de Flèches : Quand/Comment (en bref) ?

Pour le tuning des flèches cela recouvre beaucoup de paramètres, et la liste ne peut être exhaustive ici. Mais dans le protocole de réglage, la flèche arrive en 2nd position dans une séquence en 3 étapes (voir paragraphe « Protocole de réglages »).

La sortie de flèche se règle avec un Test Papier, et des tests avec flèches empennées et non empennées à diverses distances 10, 15m et même 50m avec une non empennée (faut sans doute avoir un peu de puissance d’arc qu’en même). Pour réaliser ce type de test, il faut avoir un geste (cf. décoche) bien reproductible et que la phase 1 de réglage de l’arc n’ait pas été bâclé « pour aller vite » (comme on dit « vite fait mal fait »).
Pour PJ, c’est la flèche non-empennée qui fait foi. Elle donne un résultat de la « bonne santé » de l’arc et de la technique de l’archer (cf. sa régularité). Ainsi, des volées avec des flèches toutes non-empennées doivent grouper ! Si ca va alors on a trouvé le SPINE (raideur) de flèche.
Ceci dit cette phase n°2 n’est pas indépendante de la phase n°3 qui se focalise sur ce qu’il se passe en cible cf. le groupement et la régularité à longs termes. Ce sont des petits tunings comme : 1tr sur le Yoke, 1/2mm sur la hauteur du Repose Flèche, le choix de la souplesse de lame, le type de plumes, d’encoches, la longueur du D-loop, et le choix « définitif » de tube dont la longueur est un paramètres parmi d’autres... Ce sont des détails que PJ ne règle qu’en dernier.

Sur le thème choix de flèche il faut en premier lieu se rapprocher d’une archerie qui saura vous conseiller : selon votre discipline, votre allonge, la puissance de l’arc et le type de Cam. Cela donne accès au matériau et au spine (raideur) de la flèche ainsi que sa longueur.

Même pour des flèches abordables, il faut privilégier les raideurs de flèches les plus élevées (cf. spine faible) c’est-à-dire entre 2 choix possibles privilégier de « sur-spiner » la flèche associées à des pointes lourdes même en Campagne (le 3D/Nature il peut se faire que l’on recherche la vitesse de sortie donc avoir des pointes plus légères sans tomber dans l’excès inverse). Concernant les FITAistes pour le poids de pointe (tungstène) un seul réglage vaut la peine : 110g pour la X10, 120g pour la X10 Protour selon les ingénieurs de chez EASTON. Après, le tuning des flèches est affaire de tests, et de tests et de tests...

La douleur : signe pour revoir le matériel ?

Oui ! PJ relate qu’il a connu un période où il avait très peu tiré, et quand il a voulu revenir au niveau antérieur, il s’est aperçu que son corps avait changé : donc retour à la phase n°1 paragraphe « Protocole de réglages ». Il faut adapter la géométrie de l’arc et pas que la puissance donc : allonge arc nu et tant qu’il y a douleur il faut adapter l’arc. Le mieux est de faire ces réglages avec un professionnel ostéopathe ou « the like » qui vous connaît (cf. avec laquelle/lequel vous avez l’habitude de consulter). Le corps parle donc il faut l’écouter, non pas pour s’arrêter à la première douleur mais pour adapter le matériel et son entrainement (voire ses objectifs).

Passage Tir Salle- Tir Extérieur (FITA) : même réglages ?

Non ! On pourrait rajouter pour certain(e)s ca serait trop beau...
Quand on passe de la Salle à l’Extérieur :

  1. la pointe de flèche en Salle est typiquement 180 à 200 gr (des fois moins140-160), le tube 2315 est lourd, donc on doit rigidifier la lame donc utiliser une 0.25 voire 0.30 en unité métrique). On pourrait tirer du 2315 en extérieur... on pourrait ! Ceci dit il y a des flèches carbones un tantinet plus grosses que les X10Ptr (voir les tubes de Bridger Daeton de l’équipe USA)...
  2. En Extérieur on utilise des lames 0.20, 0.25 (unité métrique). En unité « pouce », le 0.20 métrique c’est du 0.08 en pouce, le 0.25 correspond au 0.10, et le 0.3 au 0.12.
  3. Si on utilise RF effaçable Monorest d’AS, il est tout à fait possible de garder la même épingle, la large s’efface donc elle convient aussi bien en Salle qu’en Extérieur.
  4. En Extérieur le PE est plus bas entre 1 à 3 mm, voir le paragraphe sur le « Point d’Encochage »

Rôle de la Stabilisation et latéral ?

La phase n°1 de réglage de la géométrie de l’arc se fait sans stabilisation ou bien avec très peu de masse. On comprend bien par exemple que le point de pression dans le grip va dépendre du rapport de poids et longueurs de la stab. Centrale et du latéral (voire des latéraux). Or, ce point de pression dépend de la hauteur du Point d’Encochage, donc pour fixer ce dernier, il faut commencer avec vraiment un minimum de masse sur la stab et le latéral.

Une fois la géométrie de l’arc ok, on peut charger petit à petit la stab et le latéral si besoin. Mais le point important, c’est que ces éléments sont là pour aider à la stabilisation de l’ensemble (cf. comme le funambule utilise sa perche) mais 1) ils ne font pas la stabilité, 2) quant à l’amortissement des vibrations il faut oublier que c’est la stab qui fait tout.

Il faut noter qu’une stabilisation mal pensée 1) vous masque des problèmes et 2) peut amener votre posture à s’adapter et non l’inverse. Donc gare !

Plus la stab est molle et bardée d’amortisseurs plus en principe on aura une sensation de confort, mais aussi il y aura un décalage entre ce que l’on voit au départ de flèche et l’impact : on aura l’impression de bien viser, mais le « parasite », que vous aurez mis entre l’instant de décision de décoche et la sortie de la flèche de la fenêtre d’arc, vous ne le ressentirez pas. Au contraire en fixant les masses directement sur la stab. plus on aura un retour immédiat des imperfections. Pour pallier le coté « inconfort » à utiliser peu d’amortissement, il faut l’adapter mais dans un second temps. Les vibrations hautes fréquences sont annulées si la main d’arc est relâchée, et elle le sera d’autant plus que la géométrie de l’arc est la bonne pour vous à ce moment là. Quant aux vibrations basses fréquences, elles sont amorties par la souplesse de la stab que vous pouvez tuner.

On peut jouer sur l’écartement du latéral pour aider la posture (et stabilité) quand on est dans un terrain non-plat soit en FITA sur un terrain de foot ou rugby bombé soit of course en Tir Nauture.Campagne.3D. Le positionner selon la pente : ex. je tire sur un terrain pentu qui me fait pencher vers la gauche, alors je ramène/je l’écarte (selon si je suis droitier ou gaucher) le latéral vers la droite c’est-à-dire vers le sommet pour compenser. Le latéral doit être utilisé pour ramener l’arc à la verticale.

Une utilisation de la stab/lateral est d’aider au déclenchement du décocheur dans le cas de gros temps et aidant à la stabilité de l’archer. Si on charge à l’avant, le point de pression dans le grip descend donc on peut plus forcer pour mieux tenir ma visée horizontale et aider au déclenchement « tranquillement ».

A propos de stabilisation, PJ a des nouvelles pour les Arcs classiques via un dispositif qu’il a sans doute adapté de la Gravity AS des Compounds. A suivre donc...

Le Target Panic

PJ nous annonce une vidéo sur ce sujet. Pour lui il y a une part (non négligeable) du matériel même si il y a sans doute un part dû au mental et l’état psychologique, et même selon lui la partie mentale pourrait venir su matériel. Bref, il insiste sur un point : si on prend un décocheur à déclenchement (pouce, index...) il faut que la course soit réduite au minimum. Ainsi le laps de temps entre la prise de décision et l’action réelle est court, et donc ne laisse pas de place au doute et au conflit éventuel de décision qui engendre par ex. les coups de bras intempestifs. Il trouve même que lors d’un achat de premier matériel, il lui parait judicieux d’investir dans un bon décocheur.

Le même problème (de TPanic) se produit quand on a de l’avance sur la synchro car elle engendre la même attente d’être correctement positionné : le mur devient « incertain » voire « cotonneux ». Cette incertitude est la même sur la course du décocheur.

Technique Back Tension

Le déco Back est un « décocheur d’équilibriste » (sic). Avec le design des déco AS (Attendu et Attend 2) on s’est aperçu que c’est pas facile du tout ! Pour le faire partir, la combinaison de pression dans les différents doigts est précise et intéressante à trouver/à chercher. Mais beaucoup de facteur rentre en ligne de compte : la balance de l’arc, sa puissance, son poids. Il faut avant tout :

  1. un bon mur, donc attention à la synchro (voir paragraphes « Corde/câbles » et « Protocole de réglages »),
  2. être très précis sur son allonge, donc tuner au tour prés le vrillage des câbles, idem sur le D-loop au mm prés (attention si on change de décocheur il est très rare qu’il ne faille pas adapter la longueur du D-loop)
    La recherche de la combinaison de pression ne vient qu’après avoir effectuer les réglages ci-dessus, et va dépendre de la géométrie du déco et de la technique, et de son ressenti. Il faut rechercher la fluidité même avec une bonne dynamique.

Concernant les débutants, c’est plutôt le type d’arc et sa préparation avec un mur franc qui va déterminer si on peut directement se mettre au BT. Sinon si on prend un déco à déclenchement (pouce/index) veiller à réduire au maximum la course de déclenchement. Ceci dit, demander à l’entraineur pour le choix du déco. Pour le BT, au début essayer de se faire à un déclenchement qui nécessite vraiment une rotation pour se familiariser à la technique.

Presse portative SYNUMM

Les enfants de l’inventeur argentin de cette presse ont contacté PJ et AS la diffuse. Elle est compatible avec des arcs selon la version : « Feels » pour compatible HOYT, « Halon » : griffes larges pour compatible MATHEWS, PSE.

La visée

Les deux yeux ouverts pour éviter de se concentrer à en fermer un. La visée est un sujet très complexe et PJ travaille depuis 3 ans avec AS a un nouveau set complet : visette, scope et verres. Ceci dit il faut que l’enchainement de cercles pupille-visette-scope-balson soit concentrique (la ligne de mire). Attention aux forts grossissement : on bouge plus, favorable au Target Panic... Et favoriser le noir pour les éléments entrant dans la visée pour augmenter le contraste et favoriser le relâchement visuel.

Sucette/nock-set...

Se sont des dispositifs pour soit disant aider au placement de la corde en ayant un repère facial en plus de celui du décocheur. PJ n’y est pas favorable : c’est se tromper car il y a plein de façons de venir placer ce machin au visage tout en modifiant sa posture. Il faut privilégier le ressenti au niveau du dos à bosser avec l’entraineur : peaufiner sa posture, armer et placer la tête pour chercher la ligne mire quitte à incliner quelque peu la tête, et en gardant la ligne d’épaules solide et dans l’axe géométrique de l’arc (que nous aurons réglé donc…). En plus cette sucette quand il fait très froid on la sent plus sur le visage ou tout du moins différemment qu’à l’entrainement... ... Et c’est moche, et elle alourdit la corde.

En tous les cas ne pas utiliser des nock-sets en laiton nu (ca part à 300km/h !).

Let-off : 65 ou 80% ? et quel déco ?

Le 80%, Ok quand on a pas mal de difficulté ou que l’on veut tirer une très forte puissance (cf. chasseur) sur des longs temps de visée. L’inconvénient de ce gros let-off est la perte du dynamisme de traction qui entraine la perte précision en cible en fort stress ou vent. Par contre en Salle ça peut donner beaucoup de confort, peut-être un peu trop dirait certain...

Maintenant quel est l’impact de prendre 55% de let-off ? On a beaucoup de puissance au mur, donc en conditions venteuses ça va parfaitement mais dès que le vent s’arrête bonjour les dégâts car il n’y a pas de différence de résultats du tir que cela soit dans le gros vent ou pas de vent du tout. La raison en est que l’on force de façon « anormale » pour tenir le vent dans ces conditions, et ceci se fait au détriment de la stabilité ; or si le vent s’arrête vous serrez dans ces mêmes conditions de stress à tenir et ça va vous fatiguer à la longue...

L’entre-deux de 65% est un bon compris. On peut le faire jouer avec l’allonge et la synchro entre 16.5lbs et 19lbs (nb. en gros à 60lbs de pic ça donne un let-off de 68% (19lbs) - 73% (16.5lbs) mais ça dépend des arcs).

Tirer la Puissance Max ?

La question est motivée par le fait qu’à 18m la flèche va en cible et donc se fatiguer à tirer de « grosses puissances » (tout dépend de la personne) est-ce bien raisonnable Docteur PJ ? La question est plutôt du coté du tempérament de l’archer à tirer du 60lbs. Certain(e)s argumenteraient en disant : pourquoi passer quelques mois à puissance plus faible alors que le restant de la saison on serait amener à tirer avec plus de puissance (ex. disciplines de parcours pour limiter la balistique) ? Donc, certes la flèche va en cible mais c’est plus l’archer qui ressent le besoin ou non de baisser sa puissance.

Ceci dit en extérieur la puissance peut devenir un ennemi par conditions dégradées : pluie, vent, froid, humidité. Il convient donc plus de savoir s’adapter : puissance de l’arc, course du décocheur (surtout au BT, ex. par temps sec le BT sera plus sensible, par temps humide la course sera augmentée pour ne pas se crisper et rajouter un élément de stress dans ces conditions).

Une remarque : 35lbs va bien pour aller à 50m par exemple pour faire du FITA. La précision n’est pas influencer (directement) par la puissance mais avant tout aux réglages de la géométrie de l’arc.

S’adapter à la situation présente !

Il faut toujours adapter l’arc à sa condition physique et aussi aux conditions extérieures. Sur ce point PJ nous donnent deux exemples :

  1. le cas de la reprise après un long laps de temps sans TAA : on adoucit son arc pour prévenir les blessures (on baisse la puissance, on réduit l’allonge) voir les paragraphes « Corde/câble » et « Protocole de réglages ») ;
  2. entrainement par exemple dans des conditions de temps de #@& (« de chien », « it rains cats and dogs » comme disent les anglosax, « du j’ai-pas-envie-de-tirer-maman »). Or 1ere compétition en Colombie ! Climat équatorial = chaud et très humide. Donc on passe 5-10°C à 25-30°C : plus il fait chaud plus « la viande prend de la place » (sic) donc il faut augmenter l’allonge (4 trs de câbles) sinon les efforts pour compenser sont au détriment de la performance. Les trs de câble (vrillage !) donnent plus d’allonge, plus de puissance... et en voiture Simone !

Temps passé à l’entrainement ?

En reprise d’activité faut aller molo donc adoucir son arc le régler à sa morphologie du moment et passer mettons 1h à l’entrainement avec une aide de son ostheo si on ressent des trucs pas clairs. Un truc important : l’échauffement !

Ensuite au bout de 15jrs disons on peut augmenter le volume mais toujours en gardant la posture nickel. L’idée est de faire des bonnes volées et de repousser petit-à-petit le moment où on devient mon précis. Faut prendre son temps. Notez que X h d’entrainement implique X/2 h de réglage d’arc, donc ça peut devenir très prenant surtout si vous avez une activité professionnelle et il n’y a pas que le TAA dans la vie.

En phase de compétition, PJ et Sébastien Braseur avait comptabilisé de l’ordre de 2500 -3000 flèches/semaine et PJ nous donne quelques stat de temps passé : en Salle minimum 3h/sem et en FITA 7 à 12h/sem voire 15h/sem deux mois avant la compet avec une baisse avant.

A l’entrainement, PJ recommande d’apprivoiser son image de visée donc pas de paille par principe (ce qui peut heurter quelques BE). Sinon bonjour les dégâts lorsqu’il faut revenir à un tir compté… On en perd plein comme ça… Donc "pas de papaille" selon PJ ;-)

Vivement le prochain Live !


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • Live de Pierre-Julien de Mai 2020 : le débrief

Sites favoris


1 site référencé dans ce secteur