Entraînement à 50m : séquence de tirs et test de flèches.

samedi 19 juillet 2008
par  _Jean-Eric_
popularité : 18%

Introduction

A l’occasion d’un test de tir à 50m pour voir la différence entre des flèches ACE équipées de spin ing et d’autres équipées en petits ailerons de requins, je présente quelles vidéos de ma séance d’entraînement sur le terrain de l’ACA.

Matériel

Pour ce qui concerne l’arc, il s’agit d’un Hoyt Protec avec des branches XT2000 (30-40) que j’ai réglé à 40lbs. J’utilise un décocheur dit "à index" de chez Arc System. En fait, je ne me sers pas de l’index pour décocher mais des autres doigts qui en appuyant sur la gâchette libèrent la corde lors de la rotation du coude (je ne sais pas si c’est très explicite à voir sur la vidéo en gros plan).

Concernant les flèches ce sont des EASTON ACE 670 de longueur de tube 675 mm chargées avec des pointes EASTON sécables de 100 grains. La différences entre les deux lots de flèches résident dans les deux types d’empennages utilisés : soit des spin wing blancs (pour gaucher), soit des petits ailerons de requins (1’’ 1/2).

Pour ce qui concerne l’acquisition des images, il s’agit d’un ARCHOS 604 muni d’une caméra Archos digital minicam

Lieu et conditions

L’entraînement s’est effectué en début après midi au clos J. Cadet et il y avait un léger vent de travers.

Description d’une volée

J’ai profité de ce test pour prendre quelques vidéos (ci-dessous) et détailler par la même occasion ma séquence de tir. Oh ! bien entendu après une année de tir à l’arc, je ne prétends pas donner des leçons, c’est un exercice d’abord pour moi : une façon de faire le point. J’en profite pour signaler l’excellent article sur le même domaine écrit sur la Séquence de Tir de Romain Girouille dans le numéro de Juin/Juillet du magazine Le Tir à l’ARC de la Fédération.

Donc voici ma séquence de tir :

  1. Je me positionne sur la ligne de tir, pieds droit sur la ligne même, pieds gauche de telle façon que le buste et les épaules soient perpendiculaire à cette ligne.
  2. Je mets ma flèche en vérifiant plusieurs choses : la présence d’anomalies éventuelles sur la flèche, l’orientation de la flèche (surtout pour les spin wing unicolores), l’élastique de ma visette, la position de mes amortisseurs (j’ai un soucis sur celui du haut qui a tendance à monter et se plaquer contre le câble de la poulie du haut...)
  3. Je place ma main droite dans le grip et mon décocheur dans le loop : je fais attention à la position de ma main relâchée dans le grip en particulier l’index est en prolongement de mon avant bras et non le pouce ; coté décocheur l’index est sur le dessus de celui-ci, les autres doigts relâchés
  4. Je monte le bras d’arc en position : je pense que c’est une phase cruciale que j’ai ressentie musculairement que très récemment. Donc, je regarde la cible et je monte mon bras droit de telle façon que mon bout de perche pointe toujours au même endroit dans la cible (de cette façon une fois armé, le viseur est déjà en cible), et je bloque mon bras et les muscles du dos. C’est vraiment pas facile à exprimer avec des mots et la vidéo n’aide pas non plus, car ce verrouillage de l’omoplate qui me semble crucial ne peut se ressentir que personnellement.
  5. J’arme et je fixe mes repères faciaux : l’armement se fait avec d’une part la main droite souple mais j’ai l’impression que l’avant bras se contracte, tandis que la main gauche vient se placer au niveau du visage. J’inspire durant cette phase d’armement. Le passage du pic se fait en douceur car je n’ai que 40lbs et des Hoyt Cam & 1/2. La corde vient se placer au milieu du nez dans le creux de celui-ci et au niveau de la commissure gauche (de mon point de vue). L’index gauche toujours sur le dessus du décocheur vient se plaquer sur le maxillaire inférieur. L’avant bras gauche est dans le prolongement de la main.
  6. Je vise et décoche : la main et l’avant-bras droits se libèrent des efforts de l’armement mais le bras et le dos restent toniques. Le majeur et l’annulaire gauche viennent se positionner sur la gâchette. J’ajuste le point de visée noir assez gros dans le jaune ainsi que le pourtour du scope légèrement au delà de la zone rouge. Je ne peux pas dire que je décoche instantanément une fois la visée effectuée. Je veux dire par là qu’il y a des fois je dois me persuader que la visée est bonne pour décocher, et d’autres fois je décoche en ressentant que c’est bon... Bref, la décoche se fait par rotation de l’omoplate droite qui entraîne la rotation du coude et par la même exerce une pression sur la gâchette par l’intermédiaire des doigts. En fait ce ne sont pas les doigts qui appuient sur la détente comme le ferait un tireur à la carabine. J’ajoute que je souffle doucement tout en visant.
  7. Je reste en cible puis libère mon bras droit et le reste... : après la décoche, je reste en position (tête, buste, et bras droit) jusqu’à ce que la flèche atteigne la cible puis me relâche. C’est la fin de la séquence.

Les 2 vidéos ci-dessous vous montre tout cette séquence durant une volée de 11 flèches : la première prise pour que l’on me voit tout entier (Ok ! je ne suis pas Monsieur Univers...), la seconde en gros plan.

Jean-Eric à l’entraînement
Jean-Eric à l’entraînement (gros plan)

En cible

Le but premier du test était de savoir si il y avait des différences notables entre des ACE équipées de spin wing (S.W) ou de petits ailerons de requins (P.A.R). La masse des ACE-S.W est de $261.6\pm 0.2$ grains tandis que les ACE-P.A.R il est de
$267.4\pm 0.4$. Donc les flèches ACE-P.A.R sont un chouilla plus lourdes avec une dispersion légèrement plus grande (nb. ce n’était pas le cas quand toutes étaient équipées de S.W).

Sur la vidéo ci-dessous prise à 50m au niveau de la cible montre une légère tendance des ACE-P.A.R à être plus basse que les ACE-S.W mais la dispersion est comparable à celle des ACE-S.W dans les conditions aérologiques du test.

Arrivée des flèches en cible à 50m

Conclusion

En guise de conclusion pour ce qui concerne les deux types d’empennages, je ne vois pas de d’inconvénient à avoir l’un ou l’autre d’un point de vue groupement de flèches. Les petits ailerons de requins sont moins fragiles que les spin wing, et cela peut faire la différence quand on tire à plusieurs sur la même cible avec une densité de fléches non négligeable.

Pour ce qui concerne l’usage de la vidéo, je trouve cela très pratique et à généraliser pour l’entraînement. Le système de l’ARCOS avec sa caméra est léger, sa seule limitation en pratique est l’autonomie de la batterie.

Si vous avez des remarques sur ma techniques de tir, n’hésitez surtout pas à me le faire savoir par le biais d’une réponse à cet article...


Documents joints

Arrivée des flèches en cible à 50m
Tir avec arc à poulie (40lbs) avec des ACE au terrain.
Jean-Eric à l'entraînement
Tir à 50m avec Hoyt Protec à 40lbs et des ACE.
Jean-Eric à l'entraînement (gros plan)

Commentaires